République Tunisienne | Ministère de l’Industrie et des PME

API Veille


      La Chine et l'Inde annoncées en tête de l'économie mondiale en 2050, la France sortira du top 10

      Dans un récent classement produit par la firme internationale d'audit et de conseil PwC, il ressort qu'en 2050 la Chine et l'Inde occuperont respectivement les places de première et deuxième économies mondiales, en terme de Produit Intérieur Brut à Parité de Pouvoir d’Achat, devant les USA qui seront relégués à la troisième place.

      Une autre information majeure, c'est que l'Allemagne (9ème) et la Grande Bretagne (10ème) seront les seuls deux pays européens dans le top 10 de ce classement. La France elle, sortira du top 10, dans lequel on retrouvera plus des pays émergents, comme l'Indonésie (4ème) le Brésil (5ème), la Russie (6ème), ou encore le Mexique (septième).

      La mini-batterie 3D de Millibatt pour les objets connectés

      Des chercheurs de l'université de Californie on fabriqué une micro-batterie grâce à des procédés issus de la microélectronique. Dotée d'une architecture en trois dimensions, elle offre de bonnes performances en termes de stockage d'énergie et de puissance délivrée. En créant la start-up Millibatt, les chercheurs éspèrent développer cette technologie prometteuse pour l'avenir des objets connectés.

      Des chercheurs de l’université de Californie (UCLA) ont mis au point une batterie lithium-ion rechargeable miniature d’un genre particulier : fabriquée grâce à un procédé issu de la microélectronique, elle est dotée d’une architecture en trois dimensions et utilise un électrolyte solide : une résine photosensible SU-8. Si leurs travaux viennent d’être publiés dans la revue Joule, les chercheurs ont déjà fondé la start-up Millibatt pour faire sortir leur technologie du laboratoire. « Nous essayons d’améliorer le rendement, le procédé de fabrication et le conditionnement de notre micro-batterie, indique Leland Smith, l’un des auteurs de l’étude. Nous testons des prototypes avec nos premiers clients. »

      Colas expérimente sa route solaire Wattway à Labège

      Déjà en tests sur une petite vingtaine de sites pilotes, en France, mais aussi à l'international, la route solaire Wattway, développée par le groupe Colas, multiplie les protocoles d'expérimentation avant une commercialisation attendue pour 2019. Dernier site équipé : un parc d'activités à Labège, dans la Haute-Garonne.

      L'entreprise Colas (filiale du groupe Bouygues) vient d'inaugurer à Labège (Haute-Garonne), un nouveau tronçon de route équipé de son revêtement routier photovoltaïque, Wattway. Réalisé dans le cadre d'un partenariat avec la communauté d'agglomération du Sicoval, dans le sud-est de l'agglomération toulousaine, l'équipement de ce nouveau site pilote s'inscrit dans la dernière phase de tests engagée à grande échelle par le groupe Colas. Après une première étape de R&D conduite en partenariat avec l'Institut national de l'énergie solaire (Ines), une longue phase de tests en conditions réelles de circulation a été engagée.

      Une cellule photovoltaïque à base de pérovskite bat un record de rendement

      Une cellule photovoltaïque composée d'une couche de pérovskite sur une autre de silicium a atteint un rendement de 25,2 %. Ce nouveau record a été établi grâce à un procédé de fabrication développé par des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et du Centre suisse d'électronique et de microtechnique de Neuchâtel.

      La cellule photovoltaïque à base de pérovskite poursuit son ascension dans la course au rendement. Le précédent record d’une cellule tandem à deux terminaux alliant une couche de silicium à un matériau pérovskite datait de février 2017 : il était de 23,6 %. Des chercheurs du PV-Lab de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et du PV-Center du Centre suisse d’électronique et de microtechnique (CSEM) de Neuchâtel sont parvenus à faire mieux : le rendement de leur cellule a atteint 25,2 %. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Materials le 11 juin 2018. A l’origine de ce rendement record, une amélioration du procédé de fabrication.

      En Allemagne, Alstom inaugure ses deux premiers trains à hydrogène

      Baptisé Coradia iLint, le train a hydrogène d'Alstom relie plusieurs villes du Nord de l'Allemagne depuis le 17 septembre 2018. Les deux exemplaires mis en service utilisent des piles à combustible pour produire de l'électricité à partir d'hydrogène. Actuellement issu de sous-produits de l'industrie chimique, celui-ci devrait être produit par électrolyse d'ici 2021.

      Ils sont les premiers au monde. Et ce n’est pas un, mais deux trains à hydrogène qui sont entrés en service commercial le 17 septembre en Allemagne. Produits par Alstom et baptisés Coradia iLint, ils sont équipés de piles à combustible qui transforment l'hydrogène et l'oxygène en électricité. Sur une ligne de près de 100 kilomètres dans le Nord de l’Allemagne, ils relient les villes de Cuxhaven, Bremerhaven, Bremervörde et Buxtehude.

      Nouveau record pour une cellule photovoltaïque alliant silicium et pérovskite

      Un rendement de 25,5% a été atteint pour une cellule photovoltaïque tandem à base de silicium et de pérovskite. Un record pour une cellule de ce type à deux terminaux. Il a été obtenu par une équipe de recherche du centre Helmholtz de Berlin des matériaux et de l'énergie grâce à un film texturé posé sur la couche de pérovskite.

      Au centre Helmholtz de Berlin des matériaux et de l'énergie (Helmholtz-Zentrum Berlin, HZB), une équipe de recherche a amélioré le rendement d’une cellule photovoltaïque tandem à base de silicium et de pérovskite en y ajoutant un film texturé sur la face supérieure. Cela permet de réduire la réflexion de la lumière et de mieux la piéger. Ils ont ainsi augmenté l’efficacité de leur cellule de 23,4% à 25,5%, battant le précédent record de rendement établi à 25,2% en juin dernier. Les résultats ont été publiés le 25 octobre 2018 dans la revue Energy & Environmental Science.

      [Mondial Auto] Plastic Omnium intègre les technologies du véhicule autonome

      Plastic Omnium travaille sur l’intégration des capteurs du véhicule autonome pour qu’ils soient efficaces et protégés. L’équipementier a présenté lors du Mondial de l’auto de Paris un plastique transparent à 94 % laissant passer les ondes du lidar.

      Les véhicules autonomes sont équipés de technologies coûteuses pour pouvoir s’orienter et se repérer dans leur environnement. Sur la zone centrale du pare-choc avant se situent radar, lidar et caméra, « des composants coûtant plus cher que le pare-choc en lui-même » relève Bertrand HACHE, directeur innovation et produit USA chez Plastic Omnium, que nous avons pu rencontrer sur son stand au Mondial de l’auto. Et pour être efficaces, il faut que ceux-ci soient placés au plus proche du pare-choc. Avec son nouveau plastique « Smart Panel », Plastic Omnium résoud le problème d’implémentation des capteurs, assure leur sécurité et les rend compatibles avec la réglementation.

      HyperSurfaces transforme toute surface en interface tactile

      Table en bois, portière, mur de verre… quelle que soit la surface, la start-up londonienne HyperSurfaces promet de la transformer en interface tactile. Mais sans bouton physique, ni écran tactile. Comment ? La technologie associe des capteurs de vibration et de l’intelligence artificielle.

      Pour transformer toute surface, dans n’importe quel matériau, forme ou taille, en objet intelligent capable de reconnaître les interactions physiques, la start-up londonienne HyperSurfaces a mis au point une technologie qui s'affranchit des boutons physiques et écran tactile. En effet, celle-ci se compose de capteurs qui enregistrent les vibrations produites par l'interaction entre l'homme et l'objet, et de l'intelligence artificielle. Plus précisément, la technologie repose sur une combinaison de neurones supervisés et non supervisés, qui interprète instantanément les modèles de vibrations détectés - comme un geste humain - et les transforme en commande digitale.

      L’équipementier automobile allemand Kromberg & Schubert a inauguré une usine au Maroc

      L’équipementier automobile allemand Kromberg & Schubert a inauguré, le 13 novembre, une usine au Maroc, en présence du ministre marocain de l'Industrie, du commerce et de l'économie numérique, Moulay Hafid El Alamy.

      Implantée sur une superficie de 27 000 m2 à Kenitra, au nord de Rabat, l’usine est spécialisée dans la production de câbles automobiles. Elle devrait générer à terme plus de 3000 emplois.
    Page: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 |