République Tunisienne | Ministère de l’Industrie et des PME

API Veille


      Article ayant une pluralité de structures optiques

      Brevet Monde WO 2017-196417, demandé par T.K. Liles, T.W. Miller (Nike Innovate C.V., États-Unis, Nike, Inc., États-Unis)

      L'invention concerne un article ayant des structures optiques disposées sur un élément de matériau de base. Les structures optiques comprennent des structures de lentilles lenticulaires et des éléments de coloration discrets ayant des régions de couleur distinctes. La structure de lentille lenticulaire possède plusieurs couches de lentilles. Elle peut avoir n'importe quelle forme de section transversale parmi une variété de formes. L'article présente un aspect différent lorsqu'un observateur le regarde selon différents angles. L'aspect peut différer en termes de schéma de coloration.

      Procédé et appareil de fabrication automatique de semelles de chaussures


      Brevet Monde WO 2017-202840, demandé par T.H.M. Le, C. Landeck, C.E. Holmes, A. Wardlaw, C. Dyckmans, A. Fathi, C.J.N. Kemmer, V. Romanov (Adidas AG, Allemagne)


      La présente invention concerne un procédé et un appareil destinés à fabriquer automatiquement des semelles de chaussures. Selon un aspect de l'invention, un procédé de fabrication automatisée de semelles de chaussures comporte les étapes consistant à : (a) charger un dispositif de transfert avec au moins un élément de semelle d'usure et au moins un élément de soutien, (b) positionner le dispositif de transfert chargé au voisinage d'une première partie et d'une deuxième partie d'un moule de semelle, (c) transférer l'élément ou les éléments de semelle d'usure du dispositif de transfert à la première partie et transférer l'élément ou les éléments de soutien du dispositif de transfert à la deuxième partie du moule de semelle, (d) remplir le moule de semelle avec une pluralité de particules individuelles, et (e) appliquer un milieu pour coller et/ou fusionner les particules entre elles et avec l'élément ou les éléments de semelle d'usure.

      Cuir de culture et produits fabriqués à partir de celui-ci

      Brevet Monde WO 2017-193058, demandé par M. Andrews, C. Ewton (Provenance Biofabrics, Inc., États-Unis)

      L'invention concerne un cuir de culture comprenant une pluralité de couches, chaque couche comprenant des cellules et du collagène extracellulaire. Chaque couche de la pluralité de couches est couplée à une couche adjacente par une molécule d'adhésion nucléotidique. Le cuir cultivé comprend une teneur en humidité inférieure à 40 %.

      De nouvelles nanofibres à la force exceptionnelle

      Des chercheurs du MIT ont développé un process simple et à bas coût qui permet de produire des nanofibres de polyéthylène exceptionnellement rigides, solides et résistantes. Elles pourraient devenir un matériau de choix pour des nanocomposites ou des revêtements protecteurs.

      Le nouveau procédé, décrit dans un article du Journal of Materials Science à paraître dans l’édition papier de février 2018 s’appuie sur une méthode d’électrofilage d’un gel (gel electrospinning). Les nanofibres de polyéthylène obtenues ont la particularité de présenter à la fois une forte rigidité, une forte ténacité et une forte résistance. Or, il est souvent difficile de trouver des matériaux dont l’extrême performance d’une de ses qualités n’affaiblit pas une autre. Ainsi, une trop forte rigidité, diminue souvent la ténacité et mène à des fractures du matériau. Mais dans ce cas, les propriétés des fibres obtenues équivalent voire surpassent celles que l’on peut trouver dans des matériaux comme le Kevlar ou le Dyneema utilisés pour les gilets pare-balles.

      Un nouveau procédé sans colle pour lier métal et composite

      Powdertech Surface Science a développé un process qui permet de lier des composites thermoplastiques avec des métaux sans préparation de la surface et sans adhésif. Le process a été testé pour la fabrication d'un châssis monocoque de voiture de sport.

      Baptisé PowderbondTM, ce nouveau process est l’héritier du projet de recherche européen Powderbond qui s’est déroulé entre 2013 et 2015 et qui visait à trouver une méthode de liaison entre matériaux différents à plus basse température afin de limiter la dépense énergétique [voir vidéo]. Mais finalement, Powdertech a mis au point une méthode qui se passe de l’adhésif.

      Un chercheur japonais invente un verre auto-régénérant

      Un chercheur japonais a découvert par hasard un nouveau type de verre qui peut être réparé simplement en pressant ses bouts brisés ensemble, mais il faudra sans doute attendre encore des années avant de voir cette innovation s'imposer dans l'industrie.

      Yu Yanagisawa, un chercheur de l’université de Tokyo, a confié à l’AFP avoir découvert ce nouveau matériau par hasard, alors qu’il étudiait des adhésifs capables de fonctionner sur des surfaces mouillées.

      Circuits électroniques sur tissu : maintenant à bas coût et lavables

      Des chercheurs ont réussi à imprimer des circuits intégrés directement sur des textiles par un procédé à jet d'encre basé sur des techniques standards à bas coût. Ces circuits ont résisté à 20 cycles de lavage.

      Pour que l’électronique portable sur des textiles puisse être utilisée de manière courante, il faut encore passer plusieurs obstacles dont le lavage, l’utilisation d’encres non toxiques et le coût. Des chercheurs d’une équipe internationale menée par le centre de recherche sur le graphène de Cambridge et soutenu par le projet européen Graphene Flagship ont publié un article dans Nature Communications où ils expliquent comment ils ont réussi à relever ces trois défis. Leur technique a, en outre, permis d’imprimer des circuits intégrés complets sur des tissus polyester alors que jusqu’à maintenant on se contentait de créer des transistors uniques. Cette fois, des cellules de mémoire reprogrammables, des inverseurs ou des portes logiques ont pu être imprimés.

      Maroc : lancement de 26 projets d'investissement dans l'industrie automobile pour un montant global d’environ 1,5 milliards $

      Le Maroc a procédé au lancement de 26 investissements industriels dans le secteur de l’automobile, pour un montant global de 13,78 milliards de dirhams (environ 1,45 milliards $). C’était ce lundi 11 décembre 2017 à Casablanca, en présence du Roi Mohammed VI.

      A cet effet, cinq documents relatifs à des conventions d’investissement ont été signés avec des constructeurs et équipementiers automobiles français pour l'implantation de 26 usines de sous-traitants automobiles. Celles-ci permettront la création de 11 568 emplois directs.

      Après Renault et Peugeot, c’est au tour du chinois BYD de s’implanter au Maroc

      Le constructeur automobile chinois BYD (Build Your Dreams) s’est engagé à ouvrir une usine de montage de voitures électriques au Maroc, près de Tanger.

      Le PDG du groupe, Wang Chuanfu, a signé les contrats ce 9 décembre 2017 au palais royal de Casablanca en présence du roi Mohammed VI.

      Il est prévu, en plus de cette usine, trois autres unités de production, de batteries électriques, de bus et de camions électriques ainsi que de trains électriques, le tout dans la cité industrielle Mohammed VI Tanger Tech, bâtie par un autre groupe chinois, Haile.

      2500 emplois sont attendus de ces projets industriels.
    Page: 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 |